Mickey Bear, le pull qui a marqué une époque

Histoire du vêtement iconique qui raconte la naissance de Slam

Mickey Bear, le pull qui a marqué une époque

Nous sommes le 19 décembre 1979. Les températures sont particulièrement rigides cet hiver-là, surtout si on doit affronter une régate en voilier. La laine est un excellent tissu mais pas en mer : il suffit d’une vague pour la tremper complètement et il faut des heures pour qu’elle sèche. Des heures d’humidité et de frissons auxquels le skipper est habitué, certes, mais dont il se passerait bien. C’est ainsi que quatre jeunes passionnés de voile arrivent avec un vêtement particulier, réalisé avec un matériau presque inédit dans le monde de la voile et qui avait été utilisé jusqu’alors plus pour les peluches que pour l’habillement : le Thermal Fleece, plus couramment appelé « polaire ».

De nombreux skippers n’en ont jamais entendu parler : il le tâtent, l’étudient, tentent d’en comprendre les potentialités. Certains d’entre eux, à la fin, le choisissent pour régater lors du Championnat d’hiver. C’est le début d’une petite révolution : tant pour le monde de la voile que pour les quatre jeunes inventeurs. Ils donnent au pull qu’ils ont commencé à distribuer un nom sympathique, Mickey Bear : il évoque le Teddy Bear, l’ours en peluche, qui avait été jusqu’alors l’un des rares objets réalisés en polaire. Le Mickey Bear devient le premier d’une très longue série de vêtements portant la marque Slam.

Tous en sont enthousiastes, au point que les fondateurs commencent à en créer de nouvelles versions, encore meilleures, en ajoutant aussi des pantalons et des gilets. Parmi les athlètes professionnels qui choisissent le Mickey Bear pour ses caractéristiques techniques innovantes et extrêmement performantes, on trouve aussi Dodo Gorla et Alfio Peraboni, sur le point de participer aux Jeux Olympiques de Moscou de 1980. Ils sont rapides, déterminés, et vont très très fort : la médaille de bronze dans la classe Star récompense leur talent. Dodo et Alfio portent le Mickey Bear et la jeune Slam avec eux sur la troisième marche du podium, en marquant ainsi le début d’une autre grande histoire.