Foiling Week. La voile a pris son envol.

Foiling Week. La voile a pris son envol.

« Le foiling est né il y a plus de 100 ans, vers 1907, à une époque plus ou moins contemporaine des premiers vols des frères Wright.
C’est Enrico Forlanini, pionnier de l’armée de l’air, qui en a l’idée : il cherchait en effet à donner aux pilotes de l’époque un instrument pour pouvoir s’exercer et s’entraîner avec un engin plus sûr et plus lent, une sorte de vol qui se serait développé dans l’eau, sans le risque de précipiter.

Ma passion pour le foiling naît de l’expérience. La Foiling Week est un moment de rassemblement de la communauté foiling, c’est-à-dire de tous ceux qui gravitent dans cet univers. Il est important d’échanger parce qu’il y a beaucoup de pages à écrire.

Le foiling est innovation et la voile a pris son envol ! »

(Luca Rizzotti)

Les premières expériences concrètes de foiling commencent en 1936 puis se poursuivent dans la marine militaire dans les années cinquante et soixante. On commence à modifier les bateaux, en appliquant des appendices semblables à ceux des hydroglisseurs et on arrive à les faire voler !

L’aileron monté sous la coque, qui permet aux bateaux de sortir littéralement de l’eau et voler sur la surface, s’appelle hydrofoil. En éliminant le frottement de la coque dans l’eau, les bateaux atteignent des vitesses jusqu’à quatre fois plus élevées que celle du vent, en garantissant des performances spectaculaires.
Les bateaux volants

La classe moth marque un jalon dans l’histoire des bateaux volants : il s’agit de petits dériveurs, très légers, qui se prêtent au décollage. Au début, par contre, après le décollage les bateaux chaviraient.

En 2004, Rohan Veal, plurichampion mondial et continental de cette discipline, trouve le moyen idéal de manœuvrer le moth et devient le second jalon du foiling. Après avoir trouvé le bateau et compris comment le piloter, il est possible de se concentrer sur le progrès technologique. Des petits moths, on évolue vers les grands AC72. Des bateaux à coque déplaçante, on passe ainsi, entre les années 1970 et 1990, aux bateaux à coque planante.

Puis une troisième manière de naviguer voit le jour, les bateaux volants.

La troisième manière de naviguer est la devise de la Foiling Week.


La Foiling Week naît de la passion de Luca Rizzotti et Domenico Boffi. L’idée est de créer une rencontre entre les marins et les concepteurs à laquelle participent tous les acteurs, constructeurs et producteurs de matériaux spéciaux inclus. Un échange direct sur le thème du foiling qui de la théorie des ingénieurs et des techniciens accède directement à l’expérimentation des marins. Le partage est à la base du fonctionnement de la Foiling Week. C’est pourquoi le format prévoit des forums le matin et des régates l’après-midi.
L’aspect compétition est secondaire

Le succès de la Foiling Week est dû à la possibilité d’impliquer le public, qui peut voir et juger sur pièces les bateaux volants.

Slam, une année après l’autre, consolide le rapport avec The Foiling Week Global Tour et est aux côtés des champions, des bateaux et des performances lors des quatre rendez-vous. Trois moments passionnants pour une expérience qui réunit hydrodynamisme, avant-garde, talent et passion : Fraglia Malcesine sur le Lac de Garde, Sidney en Australie et Miami en Floride.
Foiling Week. La voile a pris son envol.