Andrea Fantini et la
Route du Rhum.

Une grande aventure humaine.

Andrea Fantini et la<br>Route du Rhum.

« Je suis très tendu, le contexte favorise un peu la tension… c’est le contexte des grands évènements. Maia c’est aussi une tension positive, parce qu’elle m’aide à rester concentré sur ce que je dois faire. »

Pour Andrea Fantini, c’est sa première Route du Rhum, la première fois en absolu en solitaire. 3452 milles, de Saint Malo à la Guadeloupe, 123 skippers, le nec plus ultra de la voile professionnelle internationale qui se mesure à des conditions de navigation extrêmes. À bord du Class40 Enel Green Power, Andrea essaiera de mettre à profit le fruit d’années de sacrifices : une belle responsabilité, une responsabilité énorme.


« En plus, la situation météo ne sera pas vraiment agréable les premiers jours, ça me rend un peu anxieux, je l’avoue sans problèmes… »  

Andrea a le sourire et le bonheur d’un enfant qui a hâte de se retrouver face à l’océan. Parce que la mer coule dans ses veines depuis qu’il est né.  Franchir la ligne de départ est déjà un grand résultat, l’avènement d’un projet complexe fruit d’années d’étude, de recherche, d’entraînement, d’audace mais aussi de beaucoup d’humilité, avec l’équipe qui le suit une vague après l’autre. Mais c’est aussi le début d’une immense aventure.

La préparation de la Route du Rhum lui a permis de se connaître encore mieux, de grandir sur le plan sportif mais aussi et surtout sur le plan humain. Parce qu’au milieu de l’océan, tu es tout seul, avec tes responsabilités et avec tes peurs.

C’est cette peur toutefois qui te provoque des pics d’adrénaline et te pousse à réagir face aux difficultés. Puis il y a la foule qui pendant des jours et des jours, en France, a entouré Andrea et son équipe, parce qu’on se nourrit aussi des passions des autres.


Andrea est aussi une grande source d’inspiration, pas seulement pour la voile en soi mais pour sa passion, sa détermination et son désir de franchir la ligne d’arrivée. Sa vie a toujours été là, au milieu de milles nuances de bleu.

Avec son équipe et le soutien de Slam, il nous montrera qu’avoir la mer dans les veines n’est pas seulement une façon de parler, c’est une façon d’être.